tais-toi-et-rame-management-petit-chef

Un Conducteur de Travaux joue au « petit chef »

Loupé managérial dans le Bâtiment : quand un conducteur refuse d’écouter ses équipes…

C’est l’histoire d’une famille qui a décidé de réaliser des travaux de rénovation. Et, avec un petit sourire, Bénédicte et Ludovic nous racontent leur mésaventure.

« Nous avons choisi de refaire toutes les portes de notre maison. Quelques jours après avoir appelé une entreprise de menuiserie réputée dans la région, réalisé le devis et défini nos besoins, voilà les menuisiers à la maison !
Dans le couloir, nous assistons à une réunion de chantier entre le chef d’équipe menuisier et le conducteur de travaux. Après que le conducteur ait donné ses consignes, le chef d’équipe intervient :
— Oui, mais…
— ll n’y a pas de mais, il faut se dépêcher car le chantier a du retard ! répond le conducteur de travaux.
Nous ne nous sommes pas inquiétés plus que cela, même si l’échange nous a laissés perplexes… et même si après coup, nous avons regretté de n’être pas intervenus.

Les ouvriers se sont exécutés sans avoir pu exposer leur problème. Seulement voilà, quelques jours plus tard, on s’aperçoit que la porte des toilettes ne s’ouvre pas à cause d’une poutre dans le passage… Le conducteur de travaux voulait récupérer une partie du retard du chantier, c’était gentil, mais au final, c’était pire. »


Décryptage de ce loupé managérial

Ce conducteur de travaux a endossé un habit trop classique : celui du « petit chef ».
Le conducteur de travaux est responsable de l’ensemble du chantier ; il assure le bon déroulement des travaux en gérant l’équipe présente sur le terrain. Son rôle est de diriger et de contrôler. Mais ce sont ses équipes qui réalisent… et rien ne leur interdit d’être intelligents et pourvus de bon sens ! Ne pas les écouter, c’est dangereux…

Dans cette situation, les poseurs ont anticipé un problème dans la réalisation de leur tâche : normal, ils ont une vision plus fine du chantier… Ils ont souhaité l’exposer à leur conducteur en instaurant un dialogue mais ce dernier n’a pas été réceptif. Grosse erreur, puisque, « taquins », les menuisiers ont obéi aux consignes… et pourront se défendre auprès de leur chef qu’ils n’ont fait que ce qu’il demandait.

Pour le manager qu’est le conducteur de travaux, c’est dommageable :
– le travail est mal fait,
– le client est insatisfait,
– le conducteur passe pour un imbécile,
– l’ambiance avec les poseurs va virer au vinaigre,
– il est probable qu’à l’issue de ce déboire, le conducteur soit encore plus autoritaire… et les poseurs encore plus taquins.

Dans le Bâtiment, le manque de communication et le refus d’écoute amènent invariablement à des erreurs de réalisation et à des conflits au sein des équipes. La réflexion et la vision du poseur peut apporter un vrai plus. Sans compter les gains de productivité liés à une plus grande motivation… Dont acte.


Conducteurs de travaux, méfiez-vous du syndrome “petit chef” !

tais-toi-et-rame-management-petit-chef
Source : http://www.fix-dessinateur.com/le-projet-perdu/

PS : la porte des toilettes de Bénédicte et Ludovic s’ouvre maintenant ; mais cela a coûté cher à l’entreprise…

signature julien chardron

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *