A la rencontre d’une classe de 2nde Techniciens d’Etudes du Bâtiment

RAPPROCHEMENT ECOLE ET ENTREPRISE

logo 100 000 entrepreneurs

La CGPME Maine et Loire a constitué une commission de rapprochement entre les écoles et les entreprises. Dans ce cadre-là, j’invite les entreprises qui souhaitent obtenir de l’information sur l’alternance à participer à cet événement, le 20/02/2014 à 17h45 à l’ESAIP (Saint-Barthélemy-d’Anjou).

Toujours dans le cadre de cette commission, l’association 100 000 Entrepreneurs s’est rapprochée de la CGPME, et j’ai eu l’occasion de présenter mon activité d’entrepreneur à une classe d’une vingtaine de jeunes du lycée Professionnel Saint Serge, à Angers.

Objectif ? « Transmettre la culture et l’envie d’entreprendre aux jeunes de 13 à 25 ans ». C’est le but de l’association 100 000 Entrepreneurs.

L’ENTREPRENEURIAT EXPLIQUE AUX JEUNES DU BATIMENT

C’est tout un programme !ACE Bâtiment en seconde TBE

En l’occurrence, les 20 jeunes de cette classe de Seconde TEB (Techniciens d’Etudes du Bâtiment) avaient préparé à l’avance plus de 30 questions.

Leurs interrogations ? Depuis la durée de travail hebdomadaire d’un chef d’entreprise jusqu’à la marque de sa voiture (Porsche ou Ferrari ? Clio !) en passant par son cursus scolaire ou ses conditions de vie familiale et amicale.

Pour la plupart, une découverte totale de l’entrepreneuriat et des motivations qui peuvent pousser dans cette voie.

 

LA VERITE SORT DE LA BOUCHE DES JEUNES

Deux échanges m’ont particulièrement marqué.

Le premier, c’est un frein à l’envie d’entreprendre qui m’a paru majoritaire : l’Administratif. Les papiers. Les déclarations. Les tracasseries. Et cela d’autant plus vrai pour les enfants d’entrepreneurs. Que les jeunes ressentent déjà fortement cette complexité à laquelle ils ne sont pas encore confrontés témoigne bien de l’urgence d’un choc de simplification

Le second est beaucoup plus positif. Je citerais en préambule Philippe Silberzahn de l’EMLyon :

« la fameuse métaphore du frigo : si vous souhaitez inviter des amis à dîner, vous avez deux possibilités.

Première possibilité, vous déterminez un menu, puis faites la liste des ingrédients, allez faire les courses, cuisinez puis servez. C’est ce qu’on appelle la logique causale: pour un effet recherché donné (le repas), vous déterminez les causes permettant d’obtenir cet effet (les ingrédients, la recette).

La deuxième possibilité est d’ouvrir le frigo, regarder ce qu’il y a dedans, et imaginer ce qui peut être cuisiné. C’est la logique effectuale, c’est à dire qu’à partir d’une cause donnée (les ingrédients disponibles), on imagine les effets possibles (ce qui peut être cuisiné). »

Source : blog de P. Silberzahn

A la question : « quels conseils donneriez-vous pour créer une entreprise ? », je leur ai renvoyé la balle en leur demandant si, quand ils invitent des amis pour un repas, ils vont faire les courses spécifiquement pour la soirée.

La réponse était unanime et immédiate : « Bah non, on prend ce qu’il y a dans le frigo ! »

Et je leur ai conseillé d’entreprendre de cette manière là : de faire avec les compétences et les moyens dont ils disposaient et d’adapter leur projet en fonction. D’où l’intérêt de développer leurs compétences…

J’en tire du coup un constat : les jeunes sont naturellement orientés vers l’Effectuation. C’est à la fois incroyable et rassurant.

Incroyable car des jeunes de Seconde montrent plus de sagesse que nombre d’institutionnels ou politiques.

Rassurant car ils représentent l’avenir de l’entrepreneuriat… Je me suis bien gardé de les détromper sur leur choix !

Je remercie M. Dibalaba, enseignant et architecte, pour son invitation et son accueil, ainsi que les jeunes pour leur participation active… Je joins en vidéo leurs commentaires de fin de séance et ce qu’ils ont retenu de nos échanges : ils parlent d’eux-mêmes !

Mon préféré :

« créer son entreprise Faire ce que l’on aime »
« créer son entreprise Faire ce que l’on aime »

ET 10 % DE CES ELEVES EN FILIERE BATIMENT DE DECLARER LEUR SOUHAIT DE DEVENIR UN JOUR ENTREPRENEURS…

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *